Histoire

Pourquoi ce nom de club ?

Bien peu d’élus connaissent la véritable histoire du nom de ce mouvement. Plusieurs versions circulent mais aucune ne fait l’unanimité chez les historiens. En voici quelques unes…

Au tout début

La trace des Raging Bananas apparait dès l’aube de l’Humanité. Ainsi cette fresque de Lascaux est sans équivoque sur l’existence de ce mouvement dès le paléolithique.

Fresque de Lascaux

En Egypte

De même, les premiers hiéroglyphes découverts par Champollion ne laissent aucun doute sur la présence de Raging Bananas à l’époque des pharaons :

Premiers hiéroglyphes

En Grèce

Plus tard, Homère raconte dans son odyssée l’histoire de Kyriakos Papadopoulos, séduisant berger grec. Un jour, Kyriakos constata amèrement que la plus belle chèvre de son troupeau déprimait. Cette jeune ovidée nommée Constantinople, jadis joyeuse et vigoureuse se laissait dépérir au grand dam du berger. Celui-ci décida de mettre tout son cœur (et même un peu plus) pour redonner le moral à sa chèvre. La suite se passe au fond d’une grotte mais les linguistes s’opposent : certains considèrent que “παφίπφ βαπαπαβ” signifie “banane enragée”, laissant planer un léger doute sur les penchant sexuels du jeune berger. D’autres linguistes considèrent que “παφίπφ βαπαπαβ” signifie en réalité “assiette volante” … Mais comme il est peu probable que le berger ait redonné le sourire à sa chèvre par le biais d’une assiette volante (???), l’histoire resta dans les mémoires sous le nom de “The Raging Bananas in the nervous breakdown of Constantinople”.

En 1453

Joseph Derembourg, historien français, rapporte que les soldats de l’empire ottoman mettent à sac Constantinople. Cette ville n’est plus que l’ombre d’elle-même. La dépression frappe l’ancienne capitale de l’empire Byzantin. Le sultan ottoman envoya une poignée d’hommes sur-entrainés. Arborant le croissant de Lune sur le poitrail et le cimetère à la main, 100 hommes déterminés partirent marcher sur les 8000 soldats restant en ville. En 3 jours, Constantinople était tombée. Les soldats stambouliotes dépassés prirent pour une banane ce qui était en fait un croissant de Lune. Au bout de quelques heures, tout Constantinople ne parlait plus que des Raging Bananas, ces soldats enragés, invincibles, mûs par leur unique soif de victoires et de conquêtes.

En 1978

Herman Von Strupen, étudiant allemand assure qu’en écoutant l’enregistrement du nom de ce mouvement à l’envers, il entend distinctement une voie satanique répétant inlassablement : “tu vénèreras Walter Frederick Morisson, tu vénèreras Walter Frederick Morisson…”

Enfin en 2005

Renato Dulbecco (scientifique italien) provoque un tôlé en révélant que « Raging Bananas in the nervous breadown of Constantinople » serait en réalité un cryptogramme permettant de décoder plusieurs séquences du génome humain… Renato publie comme preuve cet étrange schéma tiré de ses recherches :

Schéma de recherche de Renato Dulbecco

Toutes ces pistes ne nous révèlent malheureusement que peu de choses. Nous n’avons actuellement que 2 certitudes concernant les Raging Bananas : ils existent bel et bien et leur puissance n’a d’égale que le mystère qui les entoure. Qui sont-ils ? Quelles sont leurs intentions ? Qui est leur chef ? Nous n’en savons rien pour le moment. Une chose cependant est sûr : les Raging Bananas c’est plus fort que toi !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *