Championnat Outdoor D1 Open // 02-03 Avril 2016 // Phase 1

[Résumé par Pierrick Chevreuil]
Après sept mois d’attente, le championnat Open pointe enfin le bout de son nez.
Pour sa deuxième année parmi l’élite française, le groupe Open des Raging Bananas a comme premier objectif de se maintenir le plus rapidement possible.
Pour cela, il faudra tirer son épingle du jeu dans une poule qui contient des équipes costauds et habituées à jouer les premiers rôles de D1. Parmi elles :
– Tchac (Pornichet), champions de France en titre
– 33 Tours (Bordeaux), demi-finaliste 2015 et 4ème du dernier championnat
– Friselis (Versailles), 5ème en 2015 et déjà titré en 2012
– Révolution’Air (Paris), 10ème du dernier championnat
– RFO (La Rochelle), récent vainqueur de la D2 et nouveau en D1
 
Les joueurs sélectionnés pour cette première phase sont les suivants :
– AVRILLAUD Jérémy
– BOULANGÉ Maël
– CHEVREUIL Pierrick
– CLERGEAU Nicolas
– DOUNONT Robin
– FERRON Thomas
– GLIN Thierry
– HERVÉ Julien
– JOLY Mathieu
– LEBOEUF Antoine
– MERCIER Adrien
– MONTERDE Alvaro
– MUNOZ GARCIA Javier
– NOBLET Marc
– PELLERIN Armel
– SAUVIAT Florent
 
A noter que comparé à l’effectif de l’année dernière, sept joueurs font leur entrée dans le groupe : Maël, Nicolas, Thierry, Antoine, Adrien, Alvaro et Marc.
Une rotation de presque 50% qui va permettre à une grande partie du groupe de réaliser ses premières foulées sur les terrains de la Division 1.
Cette première phase sera également marquée par la première en tant que coach 100% externe de Thomas Ferron.
Côté capitanat, Mathieu Joly prend les rennes de l’offense tandis que Pierrick Chevreuil motivera les troupes défensives.
 
Le championnat commence par un derby Made In Loire Atlantique puisque nous rencontrons nos voisins pornichétains.
C’est une équipe que nous connaissons bien puisque certains joueurs d’entre eux viennent s’entraîner avec nous régulièrement.
Par ailleurs, plusieurs défis ont été organisés depuis le début de la saison entre ces deux équipes. A chaque fois, les Tchac l’ont emporté et souvent avec la manière.
L’objectif est simple pour les Raging : ce match doit nous servir à poser les bases du week-end et régler les derniers petits détails.
Le début de match est équilibré. Chaque équipe marque ses points (6-6).
Le groupe est solidaire et tout le monde fait les efforts nécessaires pour marquer les points et récupérer le disque après un turnover.
Malgré cela, les Tchac réalisent le break au meilleur moment juste avant la mi-temps (6-8).
En deuxième mi-temps, les champions de France montent clairement d’un niveau. Nos attaques sont de plus en plus difficiles à placer.
Leur défense est très présente et pressante. On notera notamment un très beau dive défensif de Stève Bonneau et offensif de Quentin Bonnaud en zone côté Tchac.
Le score à la fin du match est sans appel : 7-15.
Le bilan du match reste positif pour les Raging Bananas. De l’envie et de belles choses montrées. Il faut maintenant confirmer ce début de bonne dynamique.
 
———
Tchac 15 – 7 Raging Bananas
———
 
Le deuxième match du jour nous voit affronter les locaux : les Ré Flying Oysters de La Rochelle.
Cette équipe a décroché son ticket pour la D1 de la plus belle des manière en remportant en 2015 le titre en Division 2.
Leur effectif est jeune. Plusieurs joueurs des deux équipes se connaissent parfaitement pour avoir l’habitude de jouer ensemble en tournoi.
Il va clairement falloir batailler pour gagner ce match.
 
Les rétais possèdent un jeu de handlers rapide et leur give-and-go mettent à mal la défense sur les porteurs de disque.
Il est à noter la présence de deux ou trois contacts assez rudes en début de match, de suite arrêtés par l’ensemble des deux équipes.
Nous opérons un changement de défense pour stopper ces une-deux rapides entre handlers.
Plusieurs défenses sont converties de notre côté ce qui nous permet de franchir la mi-temps en tête de plusieurs points.
En deuxième mi-temps, nous continuons sur la même lancée. Les RFO réussisent à marquer quelques points en étant patient devant la zone.
Vers la fin du match, nous arrivons avec une avance assez confortable (14 – 7).
Mais les locaux ne s’avouent pas vaincus et enchaînent plusieurs beaux points.
Il faudra pas moins de trois points aux Raging pour finalement conclure ce match.
Malgré leur beau et jeune effectif, les rocheletais s’inclinent donc 15 – 9.
 
———
Raging Bananas 15 – 9 RFO
———
 
Le bilan de cette première journée est donc de 1V/1D. Le contrat est rempli.
La journée de dimanche sera décisive dans la lutte pour la poule haute face à 33 Tours et Friselis.
Il faudra au moins décrocher une victoire pour espérer arriver en poule haute.
 
Après un apéritif sous le soleil rochelais devant l’hôtel, le groupe se rend dans une restaurant proche pour une soirée tranquille et conviviale.
Ca chambre, ça rigole. C’est donc repues et contentes que les bananes s’en vont se coucher.
 
ZZZZzzZZzzzzZZZZ
 
Le petit déjeuner englouti, les nantais arrivent à 10h sur les terrains pour s’échauffer. 
L’année dernière, ces deux équipes s’étaient déjà rencontrées au même stade de la compétition.
La confrontation avait donnée lieu à une rencontre très physique et un peu dure sur le jeu et dans l’état d’esprit.
Il faudra donc commencer le match concentrés et appliqués.
Les joueurs nantais se préparent tranquillement (trop peut-être ?).
 
Bordeaux débute le match de la meilleure des manière et break dès leur deuxième point de défense (3-1).
Après être revenu à un point, les Raging montent d’un cran en défense et réalisent plusieurs remontées de disques face au vent.
La défense de zone mise en place pose des problèmes aux 33 Tours, qui voient leur retard accumulé à quatre points à la mi-temps (4-8).
En repartant avec l’offense en deuxième mi-temps, les Raging accrue leur avance 4-9.
Les bordelais ne craquent pas pour autant et parviennent à enchaîner deux points.
La fin de match tourne en faveur des nantais qui s’imposent finalement 6 – 15.
L’équipe de défense a réalisé un match plein, scorant une grande partie de leur point, tandis que l’équipe d’attaque a assuré ses offenses.
Malgré quelques petits détails à régler (notamment sur la zone), les Raging obtiennent avec cette victoire probablement leur match référence.
 
 
———
33 Tours 6 – 15 Raging Bananas
———
 
Dernier match de la journée, la rencontre entre les Raging et Friselis de Versailles s’annonce déterminante dans la course à la poule haute.
Une victoire enverrait les Raging parmi le Top 8 français et assurerait par la même occasion leur maintien.
Mais pour cela, il faudra battre une équipe de Friselis jeune et expérimentée, qui contient de nombreux anciens et actuels internationaux (Junior ou Senior).
 
Le début de match est à sens unique. 0-4 pour Raging.
L’équipe offense réalise une belle première mi-temps, posant des plays qui fonctionnent du premier coup et qui scorent en deux trois passes.
Après un premier temps-mort, les versaillais se reprennent bien et débloquent leur compteur.
Chaque équipe marque ses points, poussant le score à 4-8 à la mi-temps.
En début de deuxième mi-temps, Friselis revient dans le match et convertit plusieurs défenses, revenant à trois points (7-10).
Les rouges et noirs ont même le disque pour revenir à deux points. Mais l’équipe offense des Raging parvient après deux turnovers à scorer.
Le match se terminera sur une dernière défense réalisée par les nantais et convertit sur un catch acrobatique d’Antoine Leboeuf, jeune recrue de la saison 2016.
A noter que ce match fut très spirit, avec des calls rétractés des deux côtés et des discussions rapides et cordiales.
 
———
Friselis 8 – 13 Raging Bananas
———
 
Les Raging reviennent donc sur Nantes avec trois victoires et une défaite au compteur.
Les nantais sont d’ores-et-déjà sûrs d’être maintenus. L’objectif est donc atteint et c’est une sacrée bonne nouvelle !
Les nouveaux ont parfaitement fait le taf et le groupe semble plus homogène que la saison dernière.
A la dernière rencontre à jouer lors de la deuxième phase contre Révolution’Air (Paris) s’enchaineront les rencontres de poule haute avec des matchs contre les grosses écuries du championnat français (Tchac, Iznogood, Sun,…)
Ces rencontres seront pleine d’enseignement et permettront à toute l’équipe d’engranger un maximum d’expérience dans ce haut de tableau de l’Ultimate français.
A dans quinze jours !

Phase aller Championnat Indoor DR2 // 28-29 Novembre 2015

Résumé de la phase aller pour l’équipe 3 en Division Régionale 2 par Diégo.

*******

Nous partîmes à 8 : 6 joueurs, 1 coach et Sylvain.
Comme pour toutes nos sélections d’équipe, le coach (Pierrick cette fois ci) demanda au super ordinateur de sélectionner les agents des ragings les plus aptes à réaliser cette mission. Voila la réponse de l’ordinateur.

Voix robotique :
Jules [Middle] Nom de code : Judas / le président. Capacité : Breton d’origine, permettra l’infiltration en milieu hostile.

Julsonne [Middle/Handler] Nom de code : la carpe. Capacité : meilleur joueur de France mais en équipe 3.

Thomas [Middle] Nom de code : Tom. Capacité : Musculature importante du Psoas / Fait très bien le chat.

Clément  [Handler] Nom de code : Diégo. Capacité : il a deux jours d’avance sur vous c’est plus qu’il ne lui en faut. Diégo a des amis dans chaque ville et village, d’ici jusqu’au Soudan, il parle une douzaine de langues, connait toutes les coutumes locales, il va se mêler à eux, disparaître et vous ne le retrouverez jamais. Avec un peu de chance, il a déjà envoyé son upside.

Jessica [Handler/médecin] Nom de code : Jess. Capacité : unique agent de l’équipe à posséder une paire de sein (ah non il y a Diégo aussi). Peut mettre en place en moins de 30 min une chambre stérile pour opération à cœur ouvert à l’intérieur de WC publiques (NB 1).

Guillaume [Middle/Handler] Nom de code : Rahan. Capacité 1 : se tape ma sœur. Capacité 2 : se référer à l’ouvrage en 12 volumes rédigé par Diégo : « Rahan, une vie honteuse / (sous-titré : Ma vie : son œuvre) »

Sylvain [Middle] Nom de code : rouflache / el lesionado. Capacité : Peut inverser le sens de rotation des planètes pour ne plus être affecté par l’écoulement du temps (NB2). Fait très bien le paon.

Résumé du week-end :
Long et dangereux fût notre périple. Après avoir failli perdre Sylvain sur une aire de 4 voies, nous arrivâmes sains et sauf à Brest pour attaquer direct notre premier match contre les Pirates. Victoire 13-1. Puis pause et deuxième et dernier match du samedi contre Lorient. Victoire 13-4.
Le coach dirige ses troupes d’une main de maitre et le résultat est là. 2 belles victoires.
Vint le moment de l’apéro bulot-crevettes-kronembourg gentiment offert par les brestois. J’avoue que les produits de la mer ont eu plus de mal à passer après la vidéo proposée par Julsonne. On avait connu le tapir, on a violemment découvert la carpe.
Puis dans l’ordre : Gewustraminer/rhum/bière/rhum et c’était le moment de partir faire la fête en ville.

Après avoir attendu 40 min le tram sous la pluie en faisant des CAPS, un chauffeur de bus nous informe que le tram a eu un accident et qu’on l’a dans l’oignon. Qu’à cela ne tienne, on ira en ville en taxi.

Superbe soirée malgré de nombreux échecs sentimentaux pour notre coach. Car oui on peut avoir un anus artificiel ET une sexualité épanouie, mais c’est quand même pas gagné d’avance. Et ce soir là, son douloureux handicap s’avéra un obstacle infranchissable malgré les talents d’entremetteur de Diégo qui agit avec beaucoup de finesse et de subtilité. La brestoise est coriace.

Après le pub irlandais on s’est un peu échoué au Vauban. Le temps d’apprendre qu’il n’y a plus ni tram ni taxi et qu’on est maintenant à 1H00 de marche de notre hôtel… heureusement Sylvain fit l’impossible et réussi malgré tout à trouver un taxi à l’arrach.
Dimanche matin : C’est la bouche pâteuse, la langue sèche, le crâne meurtri mais le cœur valeureux que nous renfilâmes notre tunique pour affronter les Griffon 1. Victoire 13-1.
Puis gros match du WE contre Diskhuiz 2 qui s’avérait être l’équipe la plus solide à affronter. Victoire 13-6 il me semble.
Enfin après une sieste bien méritée, dernier match contre Griffon 2. Victoire 13-1.
Notre domination sera à confirmer en semaine 2 car cette première phase n’a que peu d’importance au final. Nous allons perdre 2 joueurs clés. A voir donc pour la suite mais on reste bien confiant pour la montée en régionale 1.
En résumé : Week end au top.

NB 1 : Mme Elis décline toute responsabilité en cas d’infection nosocomiale. Le patient s’engage à ne pas porter plainte envers Mme Elis en cas de complication pouvant entrainer la paralysie, l’aphasie ou la mort.
NB 2: Attention : cette faculté ne s’applique pas à l’entourage de Mr Bannier pour qui le temps continue de s’écouler à la normale. En gros c’est l’effet Matrix mais à l’envers.